L’achat et la vente d’occasion sont des pratiques qui se généralisent avec le développement de l’Internet.

Pour le vendeur, cela permet de revendre un objet devenu inutile, encombrant, et pour l’acheteur, d’économiser en général prêt de la moitié du prix par rapport à l’objet neuf. L’impact écologique de l’acte d’achat est aussi limité, car l’objet ainsi acheté n’est pas produit uniquement pour un consommateur. Si l’on peut tout trouver sur Internet, nous allons dans cet article nous concentrer sur les livres. Le livre est par essence un objet qui circule: prête, donné… un livre voyage! Mais certains livres deviennent rares, difficiles à trouver. Les livres sont vendus sur de nombreuses plateformes, comment s’y retrouver?

Certains sites permettent de rechercher la disponibilité d’un ouvrage sur de multiples plateformes comme le comparateur de prix de livres PiBooks. Est-ce utile? Est ce que ça fonctionne? Mon avis..

Acheter des livres d’occasion sur Internet.

Au début, je cherchais sur LeBonCoin, quand je souhaitais acheter un livre d’occasion. Mais force est de constater que ce site n’est pas le plus adapté pour trouver ses livres: certains vendeurs ne souhaitent pas envoyer, d’autres indiquent des prix fantaisistes, il faut envoyer de nombreux messages avant d’arriver à négocier un envoi.. compliqué! Si ça reste intéressant pour certains ouvrages ou pour des lots, au quotidien il semble plus pertinent d’utiliser des plateformes comme Rakuten (ex PriceMinister), Ebay, Amazon ou encore la FNAC. Oui mais… comparer les prix sur tous ces sites, regarder par exemple chez Decitre à combien le livre serait disponible chez le libraire du coin.. ça prend du temps!

C’est pourquoi je conseille de comparer les prix, par exemple sur PiBooks. Personnellement j’apprécie ce site pour sa sobriété et sa rapidité. En un clic, on peut chercher si un livre est disponible sur une des plateformes de vente en ligne, et à partir de là le commande rapidement.

J’ai commandé ainsi de nombreux livres, en passant par diverses plateformes (principalement Rakuten et Amazon) et n’ai jamais rencontré de problèmes. Bien souvent, ce sont des particuliers qui vendent les livres dont ils n’ont plus besoin. Dans de nombreux cas, l’état est très proche du neuf. Je pense que cela est lié au fait que nous consommons trop en occident, et que cela se retrouve aussi sur le marché du livre, où de nombreux achats sont impulsifs mais pas forcément suivit d’une lecture complète de l’ouvrage.

Acheter oui, mais pour vendre?

Il est aussi possible de vendre ses livres devenus inutiles sur Internet. Pour cela il faut sélectionner une plateforme. Personnellement, j’utilise et je conseille Rakuten (Ex PriceMinister). Il me semble en effet que c’est la plateforme la plus adaptée pour les particuliers qui souhaitent vendre leur ouvrage. Pourquoi? Car sur Amazon il faut pouvoir envoyer très rapidement, ce qui n’est pas toujours possible quand on est un particulier, sans quoi on peut se faire fermer son compte plus vite. Rakuten me semble en cela plus tolérant.

Contrairement à l’achat où les prix peuvent grandement varier entre les plateformes (surtout pour les livres rares, ou plus édités), à la vente on « gagne » la même chose quelque soit la plateforme utilisée, les frais étant similaires, et Rakuten me semble plus pertinent pour un usage léger de particulier. Néanmoins ici aussi l’usage d’un comparateur de prix est précieux: en effectuant une recherche avant de mettre un livre à vendre, on peut avoir une idée précise du marché afin de savoir à quel prix vendre son livre selon qu’il est disponible partout où plus rare, et en fonction du prix auquel les autres internautes cherchent à vendre leur ouvrage: indiquer un prix plus bas permettra de vendre le livre plus rapidement!

Légalité et fiscalité?

Il est indiqué sur la page dédiée à la vente de bien entre particuliers du site gouvernemental que:

Si vous vendez des biens que vous ne souhaitez plus conserver et que ces ventes ont un caractère occasionnel et sont réalisées dans le cadre de la gestion de votre patrimoine privé, il ne s’agit pas d’une activité professionnelle.  Par conséquent, vous n’aurez pas de cotisations sociales à payer.

Il peut s’agir par exemple de la vente de vos anciens DVD, de votre téléviseur ou des livres.

Il y a néanmoins des limites, et nous vous invitons à consulter cette page pour être certains que vous restez dans les clous. Les plateformes aussi ont des règles spécifiques et des seuils au delà desquels il est nécessaires de transmettre une copie de pièce d’identité ou de s’authentifier par un autre moyen afin de pouvoir débloquer ses fonds: mieux vaut se renseigner avant d’effectuer de trop grosses ventes…

Et l’écologie dans tout ça?

Si à premier abord on peut penser la vente et l’achat d’occasion comme écologiquement neutres, ne nécessitant pas la production de nouvelles marchandises, le e-commerce consomme de l’electricité (serveurs, ordinateurs particuliers, box internet…) et le transport de ces livres est producteur de CO2. De plus, avec l’argent gagné les vendeurs vont potentiellement acheter du neuf, et les responsables des plateformes vont dépenser le bénéfice de leurs sites dans des activités potentiellement écologiquement irresponsables. Ce n’est donc pas la solution parfaite, et le prêt à des amis, troc ou le don dans les « boites à livres » locales est probablement une manière plus sympathique de faire circuler des ouvrages dont on souhaite se séparer… C’est néanmoins un moyen pratique de gagner quelques euros avec les livres dont on souhaite se séparer ou d’acheter des livres moins chers que neufs, et de manière tout aussi confortable.

Vous avez pratiqué? Des avis, des conseils? N’hésitez pas à écrire un commentaire ci-dessous!